Peintures et revêtements

L’application de revêtements techniques (résines de sol, peintures…) sur vos ouvrages industriels,
permet d’assurer différentes fonctions, et de répondre à vos besoins.

Les revêtements que nous appliquons répondent aux normes réglementaires, environnementales, en favorisant les circuits courts de production (produits fabriqués en France).

PRÉPARATION DE SURFACE

La préparation de surface est une étape primordiale pour garantir la performance du système de peinture ou de revêtement qui sera appliqué par la suite. Il s’agit lors de cette étape d’éliminer tous résidus d’anciens revêtements et de matières étrangères et de créer une rugosité suffisante pour l’adhérence du revêtement qui sera appliqué par la suite. Cela permet de prolonger la durabilité de la protection apportée à l’ouvrage.

APBI met en œuvre différentes méthodes de préparation de surface selon la nature de l’ouvrage, son état et les attentes clients : sablage, grenaillage, ponçage, rabotage,…

Avant la mise en œuvre d’un système anticorrosion :

  • il s’agit de la méthode de préparation de surface la plus courante pour les surfaces importantes. La surface est préparée par projection à grande vitesse de particules abrasives dont la nature peut différer selon les besoins (sable, grenaille, polyuréthane, …). Cela permet d’éliminer la corrosion, les anciens revêtements et de créer la rugosité nécessaire pour l’adhérence des revêtements à venir.

  • Cette technique, mise en œuvre dans le cadre de maintenance, permet de retirer les polluants et anciens revêtements par projection d’eau sous très haute pression et de retrouver l’état de rugosité initial.

  • Ce procédé permet de dissoudre les anciens revêtements comme les peintures et les oxydes à l’aide d’une attaque chimique. Nécessitant des mesures de prévention importantes, cette technique est par défaut mise en œuvre dans des environnements complexes.

  • Ce procédé permet la dépose d’anciens revêtement à l’aide d’outils électroportatifs ou pneumatiques manuels tels que des brosses rotatives ou des ponceuses. Cette technique est par défaut mise en œuvre dans des environnements contraignants et dans le cadre du traitement de surfaces limitées.

Avant l’application d’un revêtement de sol :

  • Le ponçage diamant permet d’éliminer d’anciens revêtements minces, de rectifier les défauts mineurs des sols et préparer les bétons avant application d’un nouveau revêtement.

  • Cette technique consiste à projeter à grande vitesse des billes d’acier sur la surface à préparer, entrainant ainsi un éclatement de la surface à chaque point d’impact. Permet de décaper d’anciennes peintures de sol et de créer l’accroche nécessaire à la bonne tenue des revêtements coulés.

  • Ce procédé consiste à éliminer la partie supérieure du sol permettant une préparation plus en profondeur, de quelques millimètres à quelques centimètres. Un tambour en rotation, pouvant être équipé de différents outils, vient frapper la surface du sol. Cette technique permettant de décaper d’anciens revêtements épais ou de purger d’anciens bétons abîmés.

SYSTEME ANTICORROSION

La corrosion résulte de l’interaction naturelle entre un métal et son environnement : air, eau, agents agressifs tels que le sel, les produits chimiques… Cette interaction entraine une dégradation du matériau : le métal retourne à sa forme naturelle et stable d’oxyde.

La mise en œuvre d’un système anticorrosion sur une surface métallique neuve ou ancienne permet la création d’une couche protectrice sur l’ouvrage permettant d’isoler le métal des agressions environnementales responsables de la corrosion. Par conséquent, la durée de vie de l’ouvrage est augmentée.

Au-delà de leur propriété anti-corrosion, ces systèmes peuvent être mis en œuvre pour leur esthétique (mise en valeur des ouvrages, stabilisation de couleur) ou encore pour d’autres fonctionnalités spécifiques telles que la résistance au feu, la résistance aux micro-organismes (peintures antisalissures), ou encore la propriété décontaminable.

Selon la nature de l’ouvrage et les besoins spécifiques, APBI propose trois types de systèmes anticorrosion :

  • Procédé consistant à appliquer sur une surface préalablement préparée une combinaison de couches de peinture ayant chacune une fonction spécifique (adhérence, protection, esthétique…) pour former un système. Sur ouvrage neuf ou en rénovation, les systèmes de peinture anticorrosion liquides sont les moyens les plus simples à mettre en œuvre pour protéger, entretenir et décorer les structures.

  • Procédé consistant à projeter un métal fondu, souvent un alliage de zinc/aluminium, sur la surface d’un acier préparé. La projection se fait avec un pistolet à flamme (flamme – fil) ou un pistolet à arc électrique. Le métal projeté créé ainsi une liaison mécanique avec l’acier pour former une barrière physique et une protection cathodique (l’alliage se « sacrifie » pour protéger l’acier), assurant une efficacité anticorrosion sur le long terme.

  • Système associant métallisation et système peinture. L’acier est métallisé après préparation, puis une couche de bouche-pores et un système peinture sont appliqués. La mise en œuvre de ce type de système permet une protection élevée et donc une durabilité accrue de l’ouvrage en plus d’assurer une finition plus esthétique par mise en couleur.

RÉSINE DE SOL :

Les résines synthétiques sont utilisées pour le revêtement des sols depuis les années 1960. Ces revêtements hautement techniques et esthétiques sont régulièrement mis en œuvre dans le but de protéger les sols des agressions extérieures, de faciliter leur entretien et/ou dans le but de rendre les sols fonctionnels.

Les performances des nouvelles familles de produits permettent aujourd’hui de résister aux contraintes mécaniques, chimiques et thermiques ou encore de répondre aux conditions particulières des milieux industriels : optimisation des délais de retour en conditions opérationnelles, esthétisme, facilité de nettoyage, propriété antimicrobienne, …

Après une préparation de surface adéquate, en fonction des besoins et des contraintes auxquelles est soumis le sol, les différents types de revêtements pouvant être présentés sont définis comme Filmogènes, Semi-épais ou Épais.

 

 

Nos différents revêtements :

  • D’une épaisseur de 300 à 800 microns, ces revêtements économiques permettent d’emprisonner le relargage de poussières émanant du béton (protection antipoussière), avec une plus-value esthétique grâce à un large choix de teintes. Toutefois, la finesse de ces revêtements implique qu’ils ne sont pas adaptés aux usages à fortes contraintes mécaniques ou sollicitations et sont davantage conseillés pour des zones piétonnes tels que les bureaux.

  • D’une épaisseur de 800 microns à 4 millimètres, généralement autolissants, ces revêtements sont un bon compromis pour les environnements soumis à des sollicitations moyennes à intenses : roulage, piétinement, abrasion, produits chimiques… Ce type de revêtement peut être rendu antiglissant ou encore antidérapant avec des niveaux ajustables.

  • D’une épaisseur de 5 à 10 millimètres, ces revêtements sont capables de supporter d’importantes contraintes mécaniques, chimiques et/ou thermiques. Pour les revêtements les plus épais, ils peuvent corriger la planéité du sol. C’est le type de revêtement de choix dans les industries lourde, chimique, pharmaceutique, et agroalimentaire pour les zones de production et de logistique (usine, entrepôts…).

ÉTANCHÉITÉ

L’étanchéité des installations telles que les cuves, bassins, réservoirs et bacs de rétention est assurée par l’application de multiples couches de revêtements résineux simples ou stratifiés sur les supports, qu’ils soient en acier, en béton ou en polymère. Le type de l’étanchéité à mettre en œuvre est défini selon la nature du produit contenu ou susceptible de l’être (alimentaire ou non) ainsi que des propriétés physico-chimiques : état, pH, température, …

Les différents systèmes d’étanchéité pouvant être proposés sont :

  • Ce type de système est composé de plusieurs couches de produits liquides, des résines de polyuréthane majoritairement. Il résiste aux eaux stagnantes et maintient son élasticité dans une large plage de température. Ce procédé est majoritairement mis en œuvre sur les toit-terrasses, balcons et certains ouvrages de génie civil, mais également dans le cadre de rétentions chimiques.

  • Ce type de système est composé d’une résine incluant une fibre de verre en renfort, formant un système appelé peau composite. Cela permet une résistance du revêtement face aux agressions chimiques et mécaniques. Ce procédé est applicable à tous les types de rétentions, toutefois, la nature du revêtement composite varie en fonction des contraintes.

  • Ce type de système est spécifique des capacités d’eau potable et des tuyaux, validés par une attestation de conformité sanitaire. La prise en charge de ces ouvrages permet d’assurer la qualité de l’eau potable, d’assurer une protection des installations et de prévenir ou stopper leur dégradation et ainsi limiter les coûts de maintenance.

 

  • Les produits utilisés dans ce cadre ne peuvent contenir ni CMR (cancérigène, mutagène, reprotoxique), ni COV (composés organiques volatils), ni phtalates, ni amines aromatiques, ni bisphénol A.

La mise en œuvre de ces systèmes se fait sur des surfaces préalablement préparées.

RETRAIT PLOMB ET BRAI

Certains ouvrages sont encore recouverts aujourd’hui d’anciens revêtements contenant des substances toxiques telles que le plomb ou le brai de houille, dans leur cas CMR (cancérigène, mutagène, reprotoxique). Préalablement à une prestation de remise en peinture des ouvrages, les équipes d’APBI interviennent dans le cadre du retrait de ces anciens revêtements nocifs et contaminés.

Les équipes déployées pour ce type de prestation ont été préalablement formées et habilitées au retrait de tels types de matériaux et appliquent un mode opératoire strict répondant à la réglementation en vigueur. La compétence des équipes couplée à la mise en œuvre de l’ensemble des moyens de protection appropriés permettent d’éviter toute émission de polluants dans l’environnement et d’éviter l’exposition des tiers et des salariés à ces produits toxiques.

Dans le cadre de ce type de prestation, APBI propose à ses clients une solution clé en main comprenant notamment les structures de confinement, le confinement des zones à l’aide de film thermo-rétractable, l’utilisation des matériels de décontamination et de traitement de l’air et la réalisation des contrôles réglementaires par des prestataires agréés.

TRAVAUX D’ACCES ET ELEVATION

Lorsque l’accès des intervenants aux zones de travail est difficile (ponts, façades de bâtiments, toits, installations en hauteur…), APBI propose une prestation clé en main comprenant la mise en œuvre du matériel et des compétences nécessaires pour l’exécution des travaux dans les conditions données.

Il peut s’agir dans le cadre de travaux en hauteur de la mise en œuvre de matériels d’accès ou de moyens d’élévations tels que échafaudages , les nacelles ou encore l’accès par des cordistes, qui nécessitent aux intervenants d’être formés à la mise en œuvre du matériel (conduite des engins, (dé)montage des structures, contrôles…) et aux équipements et consignes de sécurité.

Il peut également s’agir de l’accès à des zones de travail au caractère dangereux telles que les espaces confinés, pour lesquels une certification particulière est nécessaire (CATEC).

ATELIERS

APBI dispose d’un atelier idéalement situé au cœur de la France. Les différents équipements contenus dans ces locaux permettent la préparation de surface, l’application de système anticorrosion et la métallisation de pièces imposantes avant envoi pour montage sur site client. Les séries de pièces sont également prises en charge dans les ateliers.

Le traitement des pièces en atelier permet d’une part un gain de temps pour les clients, et, d’autre part, la réduction de l’empreinte écologique de l’établissement par l’utilisation de processus en circuit fermé, permettant le recyclage des matières premières comme les grenailles.